15 April 2019 Service Communication

Baptiste, l’autre grande famille au Chili.

Baptiste, étudiant en Post-Graduate Degree (BAC+4) Commerce et Management à l’International raconte son échange à l’Université Federico Santa Maria à Valparaiso (Chili).

« Holà buenasss ! Como estai ? Moi c’est Baptiste, souvent « Bat » à l’ISCID. Je suis en Business et Management à l’International à Dunkerque, et moi aussi j’étais au Chili, à Valparaiso. Inutile de faire la description de cette sublime vallée, Valentino l’a faite pour moi (cf le témoignage de Valentino).
Entre plages et Cerros, on a souvent l’impression de se trouver dans un grand musée à ciel ouvert à Valparaiso. La ville est constamment animée; l’art et la culture chilienne sont à chaque coin de rue.
J’y ai passé 7 mois, le semestre dernier. Je vais vous expliquer ma formidable expérience.

Etudier, oui il le faut !

J’ai réalisé mon semestre à l’Université Federico Santa Maria, une de nos universités partenaires, connue pour sa qualité d’enseignement et pour le niveau des étudiants qui s’y trouvent.

Piscine, restaurants universitaires sur les toits, cafés-terrasses dans le campus … c’est la classe ! Mais en réalité, ça n’a pas été si facile au début. Il faut dire que pour le niveau master, j’ai choisi de prendre des matières qui étaient en relation avec le Management et l’Entreprenariat, dont la plupart étaient dispensées en espagnol ( Seuls les cours de Business development et Project Management étaient en anglais). L’espagnol et le chilien étant comme le français et le ch’ti, j’ai dû m’habituer. Mais sincèrement je ne regrette pas du tout de m’être lancé ce défi.

Découvrez d’autres façons d’apprendre : en Nouvelle-Zélande avec Chloé et en Islande avec Martin.

La méthode d’enseignement est très différente dans ce genre d’université. Le volume de temps passé en cours est beaucoup moins important (environ 18 heures de cours par semaine pour six matières) et le cours sert essentiellement à mettre en pratique ce que l’on apprend et à poser des questions sur la matière. On devait donc préparer le cours en amont. Ce travail personnel comptait beaucoup et le niveau était élevé. Je me suis accroché, j’ai appris beaucoup de choses et mes compétences en langues étrangères ont grandement évolué.

Patagonie, une expérience un peu folle.

Ceux qui me connaissent à l’ISCID-CO se disent surement : « Qu’est-ce qu’il lui ait arrivé ? Boulot seulement ? ».  Non, pas seulement.

Le Chili regorge de lieux à découvrir et j’ai eu la chance d’en profiter plusieurs fois. Ma meilleure expérience s’est d’ailleurs passée en Patagonie au mois d’octobre et, croyez-moi, ce voyage a été incroyable ! Certes, l’idée de partir une semaine, seul, au milieu des montagnes dans la région la plus basse du monde, avec juste un sac à dos, des provisions et une tente et surtout sans moindre réseau disponible est un peu folle. Mais je n’ai jamais dit que je ne l’étais pas ! Entre les paysages impressionnants et la sensation de se sentir seul au monde, sans aucun doute, la Patagonie est le plus beau voyage que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui. Le plus marrant dans tout ça, c’est que le sud est une région glacière et le nord, un désert.

Un autre lieu incroyable que j’ai découvert est Pisco-Elqui, une grande vallée au centre du Chili, où le climat est si chaud qu’il donne l’impression de décider des couleurs de la vallée.

« Les gens ne font pas des voyages, ce sont les voyages qui font les gens. »

John Steinbeck , citation choisie par Baptiste.

Rencontrer, bouger, fêter et évoluer !

Lorsque l’on est à l’étranger, on rencontre sans cesse des gens. Découvrir et s’amuser deviennent les maitres mots de cette expérience. Pour ma part, j’ai eu la chance de loger dans une maison magnifique à Valparaiso avec 8 autres étudiants espagnols, allemands et danois. De ce fait, je ne manquais pas d’activités. Des sorties “surf”, des repas géants avec tous nos amis chiliens et étrangers sur la terrasse de notre maison, ou des barbecues qui durent des heures, ce que je retiens c’est le caractère unique de ces moments. Il faut savoir en profiter.

Vue d’un rooftop à Valparaiso

Valparaiso ne s’arrête jamais ! Chaque jour, on découvre de nouvelles choses grâce aux artistes de rues, on s’aventure dans des petites ruelles jamais remarquées, on se retrouve dans un rooftop autour d’un bon repas chilien… la « buena onda » règne sur cette ville.

Une grande famille

Lorsque les étudiants de l’ISCID-CO racontent leurs histoires et anecdotes, ils décrivent souvent l’école comme une autre grande famille. Et bien, c’est vrai ! Comme raconté plus haut, j’ai retrouvé Valentino, un ancien étudiant de ma promotion qui est resté au Chili pour monter son entreprise. On est amis depuis notre première année dans l’école et on partageait tous les deux l’envie de partir en Amérique du Sud. Au final, on s’est rendu compte que peu importe où l’on était, rien ne changeait : mêmes délires, mêmes fou-rires… Et cet esprit “famille”, il vient bel et bien de notre passage dans l’école et des liens formidables que l’on a construits avec les autres !

Baptiste et Valentino, amis depuis 4 ans à l’ISCID-CO

Et Maintenant ?

En réalité, j’écris ce texte depuis l’Estonie. J’ai décidé de venir dans ce pays après le Chili parce qu’après avoir acquis un très bon niveau d’espagnol, j’avais besoin d’améliorer mon anglais. Cela represente aussi un nouveau défi pour moi, je l’avoue. C’est très différent et très froid (le changement de température est brutal !) mais l’expérience reste sympa. Une expérience à vivre une nouvelle fois intensement et que je décrirai dans un prochain témoignage !

A bientôt.


D’autres témoignages d’étudiants sur notre page dédiée aux échanges universitaires.